LASER Acupuncture / Acuponcture LASER / LLLT / Photo-biostimulation

Acupuncture LASER

Acupuncture LASER

Saviez-vous que la théorie derrière le laser a été développé par Albert Einstein, dès 1916! Ce n’est que plus de 50 ans plus tard que les effets thérapeutiques du laser ont été découvert, par le physicien et chirurgien hongrois Endre Mester. En découvrant accidentellement que le laser peut assister à la repousse des poils chez la souris, une nouvelle thérapie par la lumière est née : la photobiostimulation, aussi connue sous le nom de photomodulation. Il s’agit de l’activation cellulaire par la lumière.

Le terme laser est un acronyme pour light amplification by stimulated emission. L’expression signifie donc: amplification de la lumière par l’émission stimulée d’une radiation.

Les technologies spécifiquement utiles au traitement de la douleur sont devenues accessibles à la fin des années 1970, et ont été utilisé depuis à travers le monde par les professionnels de la santé, dans divers situations cliniques. La appareils à l’origine n’avaient pas la puisssance des outils actuels, et pouvaient ainsi traiter que des lésions superficiels de la peau, puisque le rayonnement était alors seulement capable de pénétrer la peau en superficie.

Les appareils de photo-biostimulation actuels permettent de traiter une variété de troubles musculo-squelettiques, de nature inflammatoire, tels que l’ostéoarthrite, les douleurs aiguës et chroniques, la fibromyalgie, etc.

Le LASER peut aussi être utilisé en acupuncture pour atteindre les points d’acupuncture sous la peau, permettant ainsi non seulement les traitements locaux au site du problème, mais aussi les traitements visant le dysfonctionnement des organes internes, par l’utilisation des voies réflexes, tel que pour les traitements d’auriculothérapie, ou à partir des systèmes méridiens propre à l’acupuncture.

2 longueurs d’onde de lumière utilisées en alternance : permet de traiter une plus grande variété de troubles

Par opposition aux appareils n’utilisant qu’une seule longueur d’onde (souvent dans le spectre rouge) les appareils  comme Bioflex, ou encore Biophoton, permettent de stimuler tour à tour à l’aide de rayonnements rouges et infra-rouges. Le fait d’alterner les longueurs d’onde dans le temps permettrait une meilleure absorption par les tissus vivants, tandis que l’usage des différentes longueur d’ondes permettrait d’atteindre différents niveaux de pénétration et visées thérapeutiques.

Ainsi, le rayonnement rouge travaille plus en surface que l’infra-rouge. L’infra-rouge aurait une capacité de pénétration pouvant atteindre quelques centimètres, ce qui serait donc semblable à une aiguille d’acupuncture. Les appareils n’utilisant qu’une seule longueur d’onde (i.e. dans le spectre rouge uniquement, comme le RJ Laser)  ne peuvent pas atteindre la profondeur de pénétration du rayonnement infra-rouge. Les appareils qui combinent plusieurs longueurs d’onde en même temps (i.e. certains Biophoton) ont développé la réputation d’émettre un rayonnement qui serait moins bien absorbé par les tissus que ceux utilisant tour à tour -donc une à la fois- des longueurs d’onde différentes (i.e. Bioflex et certains Biophoton)

Les outils utilisés à la Clinique Shanti sont tous des appareils Bioflex, qui utilisent en alternance, les rayonnements rouge ET infra-rouge.

#acupuncture #laser aussi pour #enfants / also for #kids

Une publication partagée par Clinique Shanti (@cliniqueshanti) le

L’utilisation de la lumière laser pulsée

Appelée à se développer davantage par des recherches plus approfondies, l’utilisation de différentes fréquences pour divers applications bien définies de la photothérapie a déjà été associé à divers effets cliniques bien précis. Mesurée en Hertz, la fréquence signifie le nombre de pulsations/secondes. i.e.: 10 Hertz= 10 pulsations/secondes = effet anti-inflammatoire) Les appareils de photo-biostimulation actuels misent, pour une partie de leurs allégations, sur ces concepts de fréquences thérapeutiques et les protocoles se distinguent souvent par l’utilisation de différentes modulations de fréquences en fonction des applications cliniques.

Le LASER utilisé en acupuncture est sans danger. Rien à voir ici avec les rayons x ou micro-ondes invasifs, puisque le rayonnement utilisé pour l’acupuncture LASER est non-ionisant. Il n’y a donc aucun effets secondaires. Les seuls contre-indications : éviter les yeux, ainsi que le premier trimestre de la grossese.

Le laser fonctionne par photo-biostimulation. Il s'agit d'activation cellulaire par la lumière!

Le laser fonctionne par photo-biostimulation. Il s’agit d’activation cellulaire par la lumière!

 

Différents agents de photosensibilisation peuvent être utilisés pour catalyser l’effet des traitements au laser. Le Dr. Weber, qui travaille avec plusieurs longueurs d’ondes différentes, inclue des agents de photosensibilisation spécifiques à certains protocoles: i.e. curcumine, chlorelle, chlorophylle, spiruline, etc. Plusieurs facteurs influencent le dégré de pénétration d’un rayonnement : la longueur d’onde utilisée, la fréquence et la puissance utilisée, la technique d’application, la teinte de peau du patient, le temps d’exposition (dose), etc.

Le laser peut rétablir une circulation sanguine optimale, parfois de manière plus efficace encore que l'acupuncture.

Le laser peut rétablir une circulation sanguine optimale, parfois de manière plus efficace encore que l’acupuncture. (2)

 

L’American College of Physicians a présenté, début 2017, des lignes directrices cliniques quant aux traitements des douleurs lombaires aiguës, subaiguës et chroniques. L’approche intégrative et sans médication est préconisée. L’acupuncture fait partie des recommandations pour tous les types de douleurs lombaires, tandis que le laser fait partie des recommandations pour les douleurs lombaires chroniques.

Le système laser de Bioflex utilisé à la Clinique Shanti est approuvé par Santé Canada.

Le système Bioflex utilisé à la Clinique Shanti est approuvé par Santé Canada.

 

Un des mécanismes mis de l’avant pour expliquer les effets cliniques du LASER serait l’activation fonctionnelle de la mitochondrie à l’intérieur de la cellule vivante. La stimulation lumineuse permettrait à la mitochondrie de générer plus d’ATP:  l’énergie générée par la cellule. Il s’agirait d’activation cellulaire par la lumière!

 

Références

(1) Laser acupuncture for treating musculoskeletal pain: a systematic review with meta-analysis. 

(2) Effectiveness of Laser treatment at acupuncture sites compared to traditional acupuncture in the treatment of peripheral artery disease. Conf Proc IEEE Eng Med Biol Soc. 2010;2010:1262-5. doi: 10.1109/IEMBS.2010.5626418.

(3) Evaluation of low-level laser at auriculotherapy points to reduce postoperative pain in inferior third molar surgery: study protocol for a randomized controlled trial. Trials, 2016 Sep 2;17(1):432. doi: 10.1186/s13063-016-1540-9.

(4) Noninvasive Treatments for Acute, Subacute, and Chronic Low Back Pain: A Clinical Practice Guideline From the American College of Physicians, Annals of Internal Medicine, 14 February 2017

(5) Tuner J, Hode L. Low level laser therapy—clinical practice and scientific background. In: Turner J, Hode L, eds. –Low Level Laser Therapy—Clinical Practice and Scientific Background. Spjutvagen, Sweden: Prima Books;1999:101-104.

(6) Sattayut S, Hughes F, Bradley P. 820 nm gallium aluminium arsenide laser modulation of prostaglandin E2 production in interleukin-1 stimulated myoblasts. Laser Ther. 1999;11:88-95.

(7) Bjordal JM, Johnson MI, Iversen V, et al. Photoradiation in acute pain: a systematic review of possible mechanisms of action and clinical effects in randomized, placebo-controlled trials. Photomed Laser Surg. 2006;24:158-168.

(8) Chow RT, David MA, Armati PJ. 830 nm laser irradiation induces varicosity formation, reduces mitochondrial membrane potential and blocks fast axonal flow in small and medium diameter rat dorsal root ganglion neurons: implications for the analgesic effects of 830 nm laser. J Peripher Nerv Syst. 2007:12:28-39.

(9) World Association of Laser Therapy. Consensus agreement on the design and conduct of clinical studies with low-level laser therapy and light therapy for musculoskeletal pain and disorders. Photomed Laser Surg. 2006:24:761-762.

(10) Dundar U, Evcik D, Samli F, Pusak H, Kavuncu V. The effect of gallium arsenide aluminum laser therapy in the management of cervical myofascial pain syndrome: a double-blind, placebo-controlled study. Clin Rheumatol. 2007;26:930-934.

(11) Chow RT, Johnson MI, Lopes-Martins RAB, Bjordal JM. Efficacy of low-level laser therapy in the management of neck pain: a systematic review and meta-analysis of randomised placebo or active-treatment controlled trials. Lancet. 2009;374:1897-1908.

(12) Travell JG, Simons DG. Myofascial Pain and Dysfunction. The Trigger Point Manual. Volumes 1 and 2. Media, PA:Williams &Wilkins; 1983 and 1992.

Related Posts