Acupuncture et Allergies

Acupuncture et Allergies: Trois très bonnes raisons

Allergies et Acupuncture

Acupuncture et Allergies: Trois très bonnes raisons

article2

Acupuncture et allergies :  efficace, rentable et sécuritaire!

La rhinite allergique: près de 74 millions de personnes en souffriraient en Amérique du Nord! (1) (17) Ça en fait du monde! Voici enfin le consensus actuel au niveau acupuncture et allergies.

La rhinite allergique se manifeste par des éternuements, des écoulements des yeux et du nez, des démangeaisons, une réaction inflammatoire des muqueuses, puis, éventuellement, de la congestion nasale. L’allergie peut arriver à certains moments de l’année, ou encore durer toute l’année, dans sa forme dite perannuelle, puisque certains allergènes sont présents tout au long de l’année, tel que les poussières et moisissures, mais aussi parce que la majorité des patients touchés peuvent aussi bien réagir à l’air froid qu’à d’autres irritants.

Les bonnes nouvelles maintenant! Selon les données probantes recensées dans la revue de littérature publiée en janvier 2017 par McDonald et al., l’acupuncture serait efficace, sécuritaire et rentable dans le traitement de la rhinite allergique saisonnière et perannuelle. Cette revue de littérature plutôt exhaustive a également dressé la liste d’une cinquantaine de pathologies pour lesquelles l’efficacité de l’acupuncture s’est illustrée. (2)

L’American Journal of Rhinologic Allergy a titré en 2015 une revue systématique qui conclue que l’acupuncture est une option de traitement sécuritaire et valide pour la rhinite allergique. (3) Les recommandations cliniques publiées dans le journal Otolaryngology – Head and Neck Surgery stipulent que l’acupuncture devrait être mise de l’avant par les médecins auprès des patients intéressés par une approche non pharmacologique. (4)

L’écoulement nasal – la rhinorrhée – est une réponse glandulaire, nerveuse et vasculaire. La vasodilation et l’épanchement de liquides sont causés par plusieurs médiateurs et neuropeptides inflammatoires, tandis que la congestion nasale serait liée au peptide vasoactif intestinal (VIP). (5)

acupuncture et allergies

Ci-haut, les points locaux importants dans le traitement de la rhinite allergique par acupuncture. 印堂 (Yintang) se trouve en haut, au centre, entre les sourcils. 迎香 (Ying Xiang) se trouve sur chaque côté du nez: c’est le 20e et dernier point sur le méridien du gros intestin. Ce point ouvre les sinus et draîne le vent, le froid, la chaleur et l’humidité des cavités nasales.

J’ai mis un de mes collègues au défi : John McDonald, un acupuncteur et chercheur australien qui s’intéresse aux effets de l’acupuncture sur l’immunité des muqueuses. Je lui ai demandé de résumer en 1 phrase les mécanismes cliniques de l’acupuncture dans le traitement de la rhinite allergique. Celui-ci a publié plusieurs articles (5) (6) sur le sujet et son équipe a réalisé un essai clinique évaluant plusieurs biomarqueurs impliquant l’inflammation dans le phénomène allergique(7), j’étais donc bien curieux de sa réponse :

 »L’acupuncture régule à la baisse des neuropeptides pro-inflammatoires tels que la substance P, le peptide vasoactif intestinal (VIP), et les IgE totaux et spécifiques. L’acupuncture réduit également l’expression et la sensibilité du récepteur TRPV1, le récepteur central dans la réponse inflammatoire de la réaction allergique aiguë. » -John McDonald

Bon. D’accord. L’allergie est une forme d’inflammation particulière. L’acupuncture agit sur l’inflammmation. C’est probablement un des mécanismes de l’acupuncture qui explique son efficacité dans un si grand nombre de situations cliniques. Maintenant, en quoi le traitement des allergies par acupuncture est-il une option intéressante, en regard des traitements conventionnels?

EFFICACITÉ

Une étude publiée en 2014 rapporte une efficacité similaire de l’acupuncture à l’administration d’une médication antihistaminique courante (loratadine) dans le traitement de la rhinite allergique perannuelle. Un avantage du traitement par acupuncture résiderait dans son efficacité à long terme. (8)

Une autre revue systématique sortie en 2009 a également abondé dans le même sens, en établissant évidemment aussi l’efficacité et la sécurité du traitement de la rhinite allergique par acupuncture et moxibustion, mais en ajoutant en plus que cette approche non pharmacologique pourrait avoir des avantages qui surpassent la médication de routine. (9)

On a rapporté plus haut qu’une régulation à la baisse du niveau de peptide vasoactif intestinal (VIP) est corrélée à une réduction des symptômes cliniques allergiques. Or, l’électroacupuncture aurait démontré une plus grande modulation à la baisse du peptide vasoactif intestinal que l’administration de cetirizine, un antihistaminique de 2e génération. (10) On aurait également observé une meilleure clairance nasale chez les patients traités à l’acupuncture comparativement aux antihistaminiques, et ce, immédiatement après le traitement, ainsi que lors d’un suivi effectué 3 mois après les traitements. (11)

Une revue de l’Institut Cochrane (Al Sayyad, 2007) a rapporté un niveau de données probantes faible pour le traitement chez les enfants par corticostéroïdes nasaux. Les antihistaminiques topiques sont aussi parfois utilisés à la place des antihistaminiques par voie orale pour soulager les symptômes du début de la réaction allergique (l’écoulement nasal par opposition à la congestion) (13) Quelques études comparatives ont mis nez à nez l’acupuncture et les antihistaminiques : bien que certaines failles méthodologiques ont été décelé, tel qu’il est souvent le cas pour les études portant sur des interventions par opposition à celle évaluant la médication, celles-ci mettraient tous de l’avant la supériorité de l’acupuncture en terme d’efficacité. (14)

RENTABILITÉ

Mon expérience clinique m’a permis de constater que les allergies perannuelles s’améliorent souvent rapidement au fil des traitements. 2 à 3 séries de traitements sont nécessaires en moyenne pour venir à bout d’allergies chroniques, ou du moins contrôler suffisamment les symptômes à long terme pour que la prise d’antihistaminiques ne soit plus nécessaire. Si on compare le coût des antihistaminiques sur une vie au coût moyen de 3 séries de traitements par acupuncture réparties sur 3 ans, choisir l’acupuncture permettrait d’économiser plus de 15 000$ au cours d’une vie, sexes confondus.

Quelques publications ayant évalué la rentabilité du traitement par acupuncture de la rhinite allergique sont citées dans la revue de littérature comparée mentionnées plus haut. (McDonald et al., 2017) Notamment, Kim, 2012, et Taw, 2015, concluent tous deux que l’acupuncture est rentable dans le traitement de la rhinite allergique.

Les inhalateurs de corticostéroïdes par voie nasale sont parfois considérés plus avantageux que les antihistaminiques non sédatifs pour la rhinite allergique, notamment en raison de leur coût inférieur.(13) De plus, il semble y avoir peu d’avantages cliniques à combiner un antihistaminique non stéroidien tel que la loratadine à un inhalateur comme le fluticasone. (12) Chez les enfants, les données actuelles ne permettent tout simplement pas d’arriver à une réponse satisfaisante quant à la rentabilité de l’utilisation des antihistaminiques non sédatifs conjointement aux inhalateurs.

SÉCURITÉ

La sécurité des traitements par acupuncture est en général bien établie. Soit. Qu’en est-il des traitements d’acupuncture spécifiques à la rhinite allergique? Plutôt rassurant. En exemple, prenons l’essai clinique de McDonald et al., 2016, durant lequel 1300 interventions par acupuncture ont été réalisé.  On a répertorié aucun effet secondaire sérieux. Les effets secondaires rapportés sont minimes: léger ecchymose (2%), douleur passagère à l’insertion des aiguilles (0.6%), douleur (0.07%), démangeaison (0.07%), enflure (0.07%), fourmillement (0.0,7%).

Qu’en est-il de la médication de routine, couramment utilisée?

Tout d’abord, chez les enfants, la population la plus couramment atteinte de rhinite allergique, il n’est pas encore possible de répondre à la question à savoir s’il est suffisamment sécuritaire de combiner les antihistaminiques non sédatifs aux inhalateurs fréquemment prescrits pour la rhinite allergique. (13)

Tout de même, les effets secondaires des inhalateurs nasaux de corticostéroïdes à eux seuls ne sont pas à négliger : possibles irritations locales de la muqueuse, brûlement du nez, éternuements après la prise, écoulements nasals et même perforations du septum nasal, suppression adrénergique et retard de croissance chez les enfants. (13) Parmi les effets secondaires moins alarmants, certains seraient ironiquement difficiles à distinguer de la réaction allergique!

Les antihistaminiques de 2e génération sont moins pires que ceux de 1ère génération, mais peuvent tout de même engendrer de la somnolence, de la fatigue, des maux de tête et une sécheresse de la bouche. (13) Pour la loratadine, un antihistaminique courant de 2e génération, à des doses de 10mg./jour, les effets secondaires courants sont la somnolence, la fatigue et la céphalée. La somnolence est un effet secondaire connu des antihistaminiques : la réduction de la vigilance associée à cette médication peut devenir problématique. 13 antihistaminiques de 2e génération causerait de la somnolence jusqu’à un certain point : 8 de ces médicaments interdisent la conduite automobile, 3 avertissent des dangers liés à la conduite, et 2 ne donnent aucun avertissement relié à la conduite. (15)

Une méta-analyse publiée en 2015 suggère que les inhalateurs nasaux de corticostéroïdes pourrait ralentir la vitesse de croissance chez l’enfant…(16)

Finalement, il apparaît de manière évidente que l’acupuncture, administrée par un acupuncteur dûment formé, est supérieure aux options pharmacologiques en ce qui a trait le traitement de la rhinite allergique… 3 raisons: la sécurité, l’efficacité et la rentabilité de l’équation acupuncture et allergies. Alors, exactement comme maman l’a dit…ou était-ce le gouvernement? Dites non à la drogue!

Voyez au lieu votre gentil acupuncteur de quartier! N’oubliez pas d’y amener également vos enfants.

RÉFÉRENCES

(1) D. V. Wallace, M. S. Dykewicz, D. I. Bernstein et al., “The diagnosis and management of rhinitis: an updated practice parameter,” Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 122, no. 2, pp. S1–S84, 2008.

Acupuncture et allergies, sécurité, efficacité et rentabilité
(2) The Acupuncture Evidence Project A Comparative Literature Review John McDonald Stephen Janz January 2017 (Revised Edition) Commissioned by Australian Acupuncture and Chinese Medicine Association Ltd

Acupuncture et allergies, sécurité et efficacité
(3) Am J Rhinol Allergy. 2015 Jan-Feb;29(1):57-62. doi: 10.2500/ajra.2015.29.4116. Acupuncture for the treatment of allergic rhinitis: a systematic review and meta-analysis. Feng S1, Han M, Fan Y, Yang G, Liao Z, Liao W, Li H.

Acupuncture et allergies, recommandations cliniques
(4) Otolaryngol Head Neck Surg. 2015 Feb;152(1 Suppl):S1-43. Doi: 10.1177/0194599814561600. Clinical practice guideline: Allergic rhinitis.Seidman MD1, Gurgel RK2, Lin SY3, Schwartz SR4, Baroody FM5, Bonner JR6, Dawson DE7, Dykewicz MS8, Hackell JM9, Han JK10, Ishman SL11, Krouse HJ12, Malekzadeh S13, Mims JW14, Omole FS15, Reddy WD16, Wallace DV17, Walsh SA18, Warren BE18, Wilson MN19, Nnacheta LC20; Guideline Otolaryngology Development Group. AAO-HNSF.

Acupuncture et allergies, mécanismes cliniques
(5) Review Article The Anti-Inflammatory Effects of Acupuncture and Their Relevance to Allergic Rhinitis: A Narrative Review and Proposed Model John L. McDonald,1 Allan W. Cripps,1 Peter K. Smith,1 Caroline A. Smith,2 Charlie C. Xue,3 and Brenda Golianu4, 2012.
(6) Mediators, Receptors, and Signalling Pathways in the Anti-Inflammatory and Antihyperalgesic Effects of Acupuncture John L. McDonald, Allan W. Cripps, and Peter K. Smith School of Medicine, Griffith Health Institute, Griffith Health, Griffith University, Southport, QLD 4211, Australia, 2015
(7) Effect of acupuncture on house dust mite specific IgE, substance P, and symptoms in persistent allergic rhinitis, John Leslie McDonald PhD, Peter K. Smith, PhD Caroline A. Smith, PhD Charlie Changli Xue, PhD Brenda Golianu, MD Allan W. Cripps, PhD, the Mucosal Immunology Research Group., 2016
(8) Zhongguo Zhen Jiu. 2014 Nov;34(11):1083-6. Efficacy on perennial allergic rhinitis treated with acupuncture at three nasal poins and the acupoints selected by syndrome differentiation.
(9) L. Xiao, B. Li, Y. H. Du, J. Xiong, and X. Gao, “Systematic evaluation of the randomized controlled trials about acupuncture and moxibustion treatment of allergic rhinitis,” Zhongguo Zhen Jiu, vol. 29, no. 6, pp. 512–516, 2009
(10) Y. M. Li, L. X. Zhuang, X. S. Lai, and G. H. Jiang, “Effects of electroacupuncture on plasma vasoactive intestinal peptide and substance P in perennial allergic rhinitis patients,” Zhen Ci Yan Jiu, vol. 32, no. 2, pp. 136–138, 2007.
(11) P. Chari, S. Biwas, S. B. S. Mann, S. Sehgal, and Y. N. Mehra, “Acupuncture therapy in allergic rhinitis,” American Journal of Acupuncture, vol. 16, no. 2, pp. 143–147, 1988.
(12) Curr Allergy Asthma Rep. 2002 May;2(3):223-30. The cost of treating allergic rhinitis.

(13) Antihistamines used in addition to topical nasal steroids for intermittent and persistent allergic rhinitis in children, Cochrane Database of Systematic Reviews, July 2010
(14) Acupuncture and allergic rhinitis Malcolm B. Tawa , William D. Reddyb , Folashade S. Omolec , and Michael D. Seidman,Curr Opin Otolaryngol Head Neck Surg. 2015 Jun;23(3):216-20
(15) Yakugaku Zasshi. 2017;137(3):315-321. doi: 10.1248/yakushi.16-00237-2. Patients Taking Antihistamines and Their Effects on Driving. Kizu J1.
(16) Int Forum Allergy Rhinol. 2015 Feb;5(2):95-103. doi: 10.1002/alr.21430. Epub 2014 Nov 3. Topical intranasal corticosteroids and growth velocity in children: a meta-analysis.Mener DJ1, Shargorodsky J, Varadhan R, Lin SY.
(17) Fondation canadienne d’allergie, d’asthme et d’immunologie

Allergies et Acupuncture, par Olivier Roy, Acupuncteur, Clinique Shanti, Acupuncture Montréal.

Prendre rendez-vous en acupuncture ici.

Related Posts