Millepertuis , une plante aux milles vertus. Hypericum Perforatum

🏵️Herbe de la St-Jean, Hypericum Perforatum, Millepertuis, 3 noms pour une plante aux milles vertus

Hypericum Perforatum dans le traitement de la dépression

🏵️Herbe de la St-Jean, Hypericum Perforatum, Millepertuis, 3 noms pour une plante aux milles vertus

Hypericum Perforatum dans le traitement de la dépression
Hypericum Perforatum

Le millepertuis et le traitement de la dépression

Le millepertuis, utilisé en teinture-mère ou en tisane, est un remède traditionnel dans le traitement de la dépression. Les belles fleurs de la plante sont récoltées autour du solstice d’été, d’où l’une de ses appellations -herbe de la Saint-Jean- Le folklore lui attribuait des pouvoirs magiques particuliers permettant de faire fuir les démons et fantômes, protéger les âmes pures et exorciser les possédés -il faudrait récolter les fleurs durant la nuit du solstice d’été pour cela-

🧙🏾‍♂️Le millepertuis selon la médecine traditionnelle chinoise (MTC)

La médecine traditionnelle chinoise classifie les plantes médicinales et les aliments selon leur nature, leur saveur, leur tropisme pour certains organes et systèmes méridiens, ainsi que leurs propriétés spécifiques. Le millepertuis est classé comme une plante de nature neutre, au goût sûr, légèrement sucré, ayant un tropisme pour les systèmes méridiens coeur, rein et foie. (1)

🧪Données probantes appuyant le traitement de la dépression par l’usage du millepertuis

Le millepertuis est l’une des plantes médicinales ayant été la plus investiguée par la méthode scientifique. L’hypéricine -agent actif de l’Hypericum Perforatum- agirait comme un léger inhibiteur de l’enzyme monoamine oxydase (IMAO) (1.1) , compétitionnant pour un statut similaire aux traitements standards d’antidépresseurs (2)

Une méta-analyse parue en 2017 dans le Journal of Affective Disorders, impliquant un total de 27 études cliniques pour un total de 3808 patients, est arrivée à la conclusion que le millepertuis aurait une efficacité comparable aux ISRS, avec une meilleure rétention du traitement de la part des patients que les antidépresseurs de types ISRS, pour le traitement de la dépression légère à modérée. (3)

Les essais cliniques ont démontrés que le millepertuis et ces ingrédients actifs -l’hypéricine et l’hyperforine- présenteraient également moins d’effets secondaires que les ISRS. C’est ainsi que le millepertuis exercerait un effet antidépresseur puissant et représenterait un traitement efficace et sécuritaire. Selon Zirak et al. l’état actuel des connaissances -en 2018- au sujet du millepertuis ne permettrait pas d’arriver à des conclusions robustes en ce qui a trait le traitement d’autres désordres psychiatriques ou neurodégénératifs. (3.1)

Bad Times at the El Royale
🎥Bad Times at the El Royale, 2018, 20th Century Fox

Il y aurait en fait plusieurs agents actifs dans le millepertuis. L’hyperforine serait un inhibiteur non spécifique, touchant la recapture de la sérotonine, la dopamine, la noradrénaline, le GABA et l-glutamate (4)

Le millepertuis produirait un shift dans le processus de traitement émotionnel des sujets sains similaire aux antidépresseurs, par exemple en réduisant la reconnaissance des expressions faciales de dégoût et l’attention aux expressions faciales de peur, tout en augmentant la mémoire pour les mots positifs. (5)

Des changements dans la plasticité corticale ont été observés même après une seule dose de la substance médicinale administrée à des sujets sains. (11)

👩🏻‍⚕️Autres avenues thérapeutiques potentielles du Millepertuis

Malgré que ses propriétés d’antidépresseurs sont celles qui ont été très étudiées, le millepertuis présenterait une foule d’autres avenues thérapeutiques potentiels. Effectivement, cette plante serait sujette à une panoplie de visées thérapeutiques. L’extrait serait antimicrobien, antifongique, antiviral, mais présenterait aussi une activité anti-tumorale, anti-proliférative, anti-invasive, anti-métastatique, anti-angiogénique. (6)

Des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, anti-douleurs ainsi que la faculté particulière de guérir les plaies ont été attribuées à Hypericum perforatum. (7)

Finalement, le millepertuis présenterait également des propriétés neuroprotectrices. (2)

⚗️La qualité de l’extrait choisi compterait

Une étude à échantillonnage restreint -composée de 60 sujets- aurait mise en évidence qu’un extrait multi-fractionné présenterait de meilleurs résultats cliniques chez les sujets déprimés. L’extrait étudié aurait présenté 2 fois plus d’efficacité qu’un extrait standard. (9)

💊Le millepertuis ne devrait pas être combiné avec des médicaments

Par prudence, il n’est pas recommandé de mélanger suppléments ou plantes médicinales avec les médicaments. C’est particulièrement important dans le cas du millepertuis et des antidépresseurs. Les patients qui feraient l’erreur de combiner le millepertuis avec ces médicaments se retrouveraient à consommer 2 antidépresseurs en même temps, ce qui pourrait causer des interactions dangereuses pour le patient. Les plantes médicinales ne devraient pas être mélangées entre elles non plus sans obtenir l’avis d’un professionnel de la santé, certaines combinaisons étant reconnues pour leurs interactions indésirables.

Évitez d’utiliser le millepertuis durant la grossesse ou l’allaitement et éviter aussi de mélanger cette plante avec les méthodes hormonales de contraception.

🎯Le millepertuis peut être combiné aux traitements d’acupuncture

Les traitements d’acupuncture à visée corrective, qui cible un déséquilibre interne, sont souvent combinés avec une prescription d’aliments spécifiques ou encore de plantes médicinales spécifiques. Le millepertuis serait recommandé seulement si la constitution du patient est susceptible de bénéficier de cette plante médicinale. Ce n’est pas dans tous les cas que les plantes médicinales sont combinées aux traitements d’acupuncture.

Des données préliminaires sur le modèle murin🐭ont démontré que l’effet de l’acupuncture combiné à l’extrait de millepertuis serait plus marqué sur la modulation de la microcirculation corticale que le millepertuis seul. (10)

L’hypéricine du millepertuis peut rendre plus sensible à la lumière. On dit que c’est un agent photosensibilisant. Il est intéressant de noter que différents agents de photosensibilisation peuvent être utilisés pour catalyser l’effet des traitements d’acupuncture laser. Le Dr. M. H .Weber, qui travaille avec plusieurs longueurs d’ondes différentes, inclue des agents de photosensibilisation spécifiques à certains protocoles d’acupuncture laser: i.e. curcumine, chlorelle, chlorophylle, spiruline, etc.

D’autres applications de cette propriété du millepertuis en rapport avec la sensibilisation à la lumière chez le vivant ont permis de démontrer l’activité anticancer de l’hypéricine dans la thérapie photodynamique.

Dépression et acupuncture

L’acupuncture est considérée comme une intervention thérapeutique pouvant apporter des effets bénéfiques potentiels dans le traitement de la dépression. (11.1) Les acupuncteurs au Québec sont des professionnels de la santé efficaces, rentables et sécuritaires. L’acupuncture est bénéfique dans le traitement de la dépression ainsi que la dépression saisonnière.

Les patients dépressifs qui sont suivis en acupuncture au Québec sont encouragés à entreprendre une démarche en psychothérapie conjointement à l’intervention par acupuncture.

💮Existe-t-il d’autres plantes médicinales ayant démontré des propriétés similaires?

Oui, le curcuma et le safranCrocus Sativus– ! Selon Tóth et al., le safran serait significativement supérieur à un placebo dans le traitement de la dépression légère à modérée et non inférieur aux antidépresseurs sérotoninergiques -ISRS- (i.e. fluoxetine, citalopram) (12)

Des données probantes de haute qualité existent pour l’usage du kava (Piper methysticum), la passiflore (Passiflora spp.) et la galphimie glauque (Galphimia glauca) dans les troubles anxieux, ainsi que le millepertuis (Hypericum perforatum), le safran (Crocus sativus) pour les états dépressifs. D’autres plantes médicinales présentent aussi des données préliminaires encourageantes dans le traitement de la dépression, des troubles affectifs, ainsi que le traitement intégratif de la schizophrénie, respectivement le curcuma (Curcuma longa), l’ashwagandha (Withania Somnnifera) et le ginko (Ginkgo biloba) (13)

-Jerome Sarris
Curcuma Longa
Curcuma Longa 📸 Simon A. Augster

Avant d’entreprendre, d’interrompre ou de modifier un traitement, assurez-vous de consulter un professionnel de la santé.

✍🏽À PROPOS DE L’AUTEUR

Olivier Roy, Acupuncteur. En date de 2019, Olivier Roy compte 15 ans d’expérience en tant que professionnel de la santé. Les 13 dernières années ont été dédiées à la pratique clinique de l’acupuncture, dont l’acupuncture obstétrique, l’acupuncture pédiatrique, l’acupuncture dans le cadre de protocoles de fertilité, l’acupuncture pour la performance sportive, l’acupuncture dans la réhabilitation de blessures pour les sportifs professionnels, mais aussi ceux qui font ça dans leur salon, les retraités qui ont décidé de rester actifs, et aussi les voyageurs, venus de loin pour trouver l’expertise québécoise en acupuncture. Olivier Roy mène une pratique occupée à Montréal et administre aussi régulièrement des traitements d’acupuncture aux patients en milieu hospitalier.

🏁

📚RÉFÉRENCES

(1) Combining Western Herbs And Chinese Medicine, Principles, Practice & Materia Medica, Jeremy Ross, Greenfields Press, Seattle, 2003

(1.1) Monoamine Oxidase-A Inhibition and Associated Antioxidant Activity in Plant Extracts with Potential Antidepressant Actions, Biomed Res Int. 2018; 2018: 4810394.Published online 2018 Jan 15. doi: 10.1155/2018/4810394PMCID: PMC5820675PMID: 29568754, Tomás Herraiz and Hugo Guillén

(2) Neuroprotective Activity of Hypericum perforatum and Its Major Components, Frontiers in Plant Science, 2016; 7: 1004.Published online 2016 Jul 11. doi: 10.3389/fpls.2016.01004PMCID: PMC4939296PMID: 27462333 Ana I. Oliveira et al.

(3) Clinical use of Hypericum perforatum (St John’s wort) in depression: A meta-analysis, Journal of Affective Disorders, Volume 210, 1 March 2017, Pages 211-221 Review article, Qin Xiang Ng et al.

(3.1) Hypericum perforatum in the treatment of psychiatric and neurodegenerative disorders: Current evidence and potential mechanisms of action, Journal of Cellular Physiology, Review Article, November 2018, Nahid Zirak https://doi.org/10.1002/jcp.27781

(4) Hyperforin as a possible antidepressant component of hypericum extracts, Life Sciences,Volume 63, Issue 6, 3 July 1998, Pages 499-510 S.S.Chatterjee et al.

(5) Subchronic treatment with St John’s wort produces a positive shift in emotional processing in healthy volunteers, Journal of Psychopharmacology, November 28 2018, Matthew B Warren et al.

(6) Hostanska et al., 2003Schwarz et al., 2003Dona et al., 2004Martarelli et al., 2004Gartner et al., 2005Martinez-Poveda et al., 2005aRothley et al., 2009

(7) Motallebnejad et al., 2008Suntar et al., 2010(

(9) Role in depression of a multi-fractionated versus a conventional Hypericum perforatum extract, Panminerva Medica 2018 December;60(4):156-60 DOI: 10.23736/S0031-0808.18.03518-8 l Francesco DI PIERRO et al. Department of Scientific Research and Development, Velleja Research, Milan, Italy; Department of Health Sciences, University of Genoa, Genoa, Italy; Polyclinic of Bari, Bari, Italy

(10) Influence of electroacupuncture plus intragastric administration of extract of hypericum perforatum L on ethology and brain microcirculation in depression rats, Zhen Ci Yan Jiu. 2011 Jun;36 (3):164-70 Yu B et al.

(11) Hypericum perforatum extract modulates cortical plasticity in humans, Psychopharmacology, January 2018, Volume 235, Issue 1, pp 145–153, Carmen Concerto et al.

(11.1) The Acupuncture Evidence Project: A Comparative Literature Review, January 2017, 978-0-9954289-3-5, Australian Acupuncture and Chinese Medicine Association Ltd, John McDonald, Stephen Janz

(12) The Efficacy of Saffron in the Treatment of Mild to Moderate Depression: A Meta-analysis, Biological and Pharmacological Activity, Original Papers Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York, Planta Med 2019; 85(01): 24-31 DOI: 10.1055/a-0660-9565, Barbara Tóth et al.

(13) Herbal medicines in the treatment of psychiatric disorders: 10‐year updated review, Jerome Sarris. Phytotherapy Research, First published: 25 March 2018 https://doi.org/10.1002/ptr.6055

Tous droits réservés ©2019 Olivier Roy, Acupuncteur